La Société d’encouragement à l’art et à l’industrie (SEAI) : une création de Gustave Larroumet

La Société d’Encouragement à l’Art et à l’Industrie est reconnu comme un établissement important se focalisant sur l’art. C’est le développement des techniques liées à l’art notamment sur la décoration ainsi qu’à l’industrie. Plusieurs acteurs sont désormais impliqués dans la SEAI comme l’artiste, l’artisan, l’ouvrier et aussi l’industriel. L’idée de Gustave Larrounet en créant la SEAI est de renouveler des modèles d’art présentant des traits caractéristiques liés au développement industriel.

Histoire de la SEAI

seai.jpg

La SEAI a vu le jour en 1889 par Gustave Larrounet dont il est le directeur des Ecoles des Beaux Arts. Elle est constituée par de nombreuses personnalités du monde entier notamment dans les arts. En 1863, la SEAI a pu s’intégrer dans l’Union des arts appliqués puis en 1882, elle s’aligne dans l’Union centrale des arts décoratifs. L’objectif commun de la SEAI est de sensibiliser les innovateurs ou les créateurs d’arts tout en intégrant la production industrielle. Différents événements ont eu lieu cependant en organisant des concours par exemple ou bien des salons, des diverses expositions internationales etc. La forte implication de la SEAI dans l’art prend de l’ampleur dans le monde entier surtout dans l’art et déco. Cette tendance se situe au niveau mondial du fait qu’après la libération, la SEAI reste très active malgré tout. En 1976, la SEAI a été renommée la Société d’Encouragement aux métiers d’art (SEMA) puis en 2010, elle a encore été renommée l’Institut National des Métiers d’Art (INMA).

Les prix de la SEAI

les-prix-de-la-seai.jpg

La SEAI a remporté plusieurs prix durant son existence à savoir le Grand prix du cinéma français en 1934, le Grand Prix de l’art et de l’industrie automobile française en 1948, le Prix René Gabriel en 1950. Tous ces prix ont bien mérité la SEAI puisqu’elle a distribué plusieurs « plaquettes » durant son existence suivie d’une récompense financière pour les créateurs œuvrant uniquement pour l’industrie.